Danser la Vie

Danser la Vie

● La danse de compétition

La danse de compétition
par Walter LAIRD (traduction J.L. VIALA)
Bulletin AMDF n°238 (01/10/1985)

 

"Un vent de changement"
L'éditorial de Lyndon Wainwright intitulé "Danse Olympique" soulève un certain nombre de questions aussi importantes qu’ouvertes à la polémique.

Lyndon fait référence à une "danse mondaine de compétition*" ; je pense qu'il faudrait qu'il soit très clair dès maintenant, que si la danse de compétition était inscrite aux Jeux Olympiques, le style de la danse serait loin de ressembler à de la danse de dancing !

La danse de compétition s'est tellement développée qu'elle est sortie du cadre de son terme de référence ; on ne peut plus l'appeler "danse de salon". En fait, elle est même sortie du cadre de ce que l'on accepte comme de la danse de compétition depuis que le genre de danse présenté par les couples tant en Standard qu'en Latines, ne se prête plus à un jugement possible des prestations du fait du nombre de couples sur piste en même temps.

La danse de compétition à l'heure actuelle, est devenue une forme spécialisée de danse qui ne convient absolument pas aux lieux de danse publics. La chorégraphie, la présentation, l'habillement et l'extravagante extroversion utilisés la font entrer dans le royaume du Cabaret et de la danse-exhibition.

La question de savoir si la danse "de compétition" amateur en Standard et en Latines sera jamais acceptée par le Comité des Jeux Olympiques est un point de controverse.
Sans aucun doute, ce serait du spectacle ; sans aucun doute, cela exige une compétition physique et une vitalité égales à celles demandées par de nombreuses disciplines incluses actuellement dans les "Jeux" ; sans aucun doute aussi, la plupart des pays qui participent aux "Jeux" pourraient présenter des couples ; sans aucun doute enfin, la réponse du public serait enthousiaste.

La danse de compétition est une forme d'art qui nécessite une coordination totale entre l'esprit et le corps, liée à une sensibilité artistique et une présentation de très haut niveau, tout ceci utilisé pour interpréter la musique particulière et spécifique de chaque danse. Elle est basée sur des techniques hautement développées qui introduisent les principes destinés à produire de la beauté en mouvement - mouvement qui doit être parfaitement synchronisé avec la mélodie et les pulsions rythmiques de la musique. Cette dernière contrainte n'apparaît dans aucune autre discipline olympiques. La danse de compétition n'est pas un sport mais une forme d'art hautement développé.

On parle depuis vingt cinq ans d'introduire la danse de compétition aux Jeux Olympiques. Il y a vingt ans encore, cela aurait permis une manifestation de première classe, mais l'occasion a été manquée. L'évolution de la danse de compétition pendant les dix ans écoulés et les développements nouveaux qui vont apparaître dans les dix années à venir sont tels qu'à mon avis, la danse de compétition n'est pas une forme adéquate de manifestation qui convienne aux "Jeux".

Le vent du changement a déjà soufflé, il pourrait devenir ouragan avant la fin des dix prochaines années. Au cours de cette décade à venir, je pense que la plupart des innovations suivantes seront introduites :

1 - Les danseurs :
Amateurs et Professionnels cesseront d'exister en tant qu'entités séparées.
Tous les couples qui feront de la compétition danseront en tant que "compétiteurs" divisés en divers groupes d'âge et en différentes sections, selon leur niveau.

2 - La présentation des compétiteurs :
Les couples admis dans les finales de toutes les compétitions importantes feront un passage solo. Le résultat général prendra en compte les notes obtenues par les couples dans une épreuve de la compétition limitée aux figures de base.

3 - Apport de nouveaux couples :
L'organisme qui contrôle la danse de compétition fera en sorte qu'une aide financière soit apportée pour l'entraînement des couples remarqués par des découvreurs de talent qui opéreront dans le pays tout entier.

La relation étroite existant entre la danse de compétition et les écoles de danse bien établies disparaîtra dans une large mesure.

Il était courant dans b passé qu'un "sang nouveau" pour la compétition soit obtenu à partir du système de passage de médailles au niveau amateur, système mis en place par les Associations de Professeurs de Danse et organisé par les écoles de danse. Des indications laissent présager qu'il n'en sera peut-être plus ainsi à l'avenir.

4 - Prix et rémunérations :
Des prix en argent seront remis pour toutes les manifestations importantes et la valeur minimale sera spécifiée aux organisateurs pour des compétitions spécifiques. La valeur en argent pour les vainqueurs sera de l'ordre de 10.000 à 50.000 Livres Sterling (1 £ = 11,50 F environ). Les finales seront télévisées et les sponsors feront en sorte que les compétiteurs aussi bien que les juges reçoivent des rémunérations qui rendent leur participation financièrement viable.

La danse de compétition ne peut pas avoir d'avenir tant que le coût des tenues vestimentaires, des voyages et de l'hôtel est largement supérieur aux récompenses financières. De la même façon, les rétributions payées aux juges seront en rapport avec leur valeur, leur expérience et le temps passé.

Les organisateurs et les autorités instaurées pour assurer un avenir solide à la danse de compétition doivent reconnaître l'importance de l'expérience, l'expertise et la moralité comme gardiennes de valeurs, de modèles et de qualité et être prêts à payer pour ces attributs.

5 - Les Juges :
Il y aura une liste officielle des juges et les juges seront classés pour les différents degrés de compétitions.

L'obtention d'un diplôme d'examen professionnel de l'une des associations de profes¬seurs ne sera plus la seule qualification considérée comme nécessaire pour juger des compétiteurs. Toute personne désireuse de devenir juge agréé devra subir une série d'épreuves beaucoup plus complètes et en relation plus étroite avec l'art de la danse de compétition. Le rôle de juge ne sera plus la seule prérogative du professeur de danse professionnel.

6 - Système de jugement à deux niveaux :
La notation sera basée sur un système d'attribution de points en deux parties.
Les juges pourront enfin exprimer l'opinion qu'ils ont de la prestation d'un couple tant au point de vue artistique qu'au point de vue technique.

La danse de compétition a beaucoup à faire pour mettre de l'ordre dans sa propre maison avant de pouvoir "se vendre" au public, à l'industrie et aux médias.
En cas de succès, les profits en retour seraient importants et incluraient l'intérêt de sponsors et sources commerciales, le soutien des compagnies de télévision et l'intérêt du public.

Je suis convaincu que la danse de compétition doit suivre la même voie que celle déjà prise par des sports au plus haut niveau de compétition, tels que le tennis, le golf, le cricket, le football, etc. On pourrait presque dire que les Jeux Olympiques n'ont plus les moyens de s'offrir la danse de compétition ! La danse au plus haut niveau n'est plus un Violon d'Ingres pour amateur.

Quand la danse de compétition prendra la place qui lui revient en tant qu'incomparable passe-temps du grand public et que les meilleurs couples deviendront des noms familiers de tous avec des revenus élevés, alors il y aura de grandes chances pour que la danse de compétition puisse s'acquitter auprès des écoles de danse de l'aide qu'elles lui auront apportée dans le passé.

Si la danse de compétition apparaît régulièrement dans la presse nationale et à la télévision, il y a fort à parier que le grand public retournera en masse dans les écoles pour des leçons de danse de société.

Il est indubitable que beaucoup plus de gens prennent des leçons de patinage sur glace, de tennis, de golf et d'équitation, depuis que ces activités ont été retransmises à la télévision.


* "mondaine" au sens très large d'utilisée par tout le monde, sans idée de classe (NdT).

Article Dance New's (traduction Jean-Luc VIALA)

 

 



21/08/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour