Danser la Vie

Danser la Vie

● La naissance de l'I.C.B.D.

La naissance de l'I.C.B.D.
International Council of Ballroom Dancing

par Thomas BUS - Groningen (Pays-Bas)
(texte recomposé par Vincent GUERRIER)
Danse Sportive Magazine n° 6 et 7 (01-07-1984)


Depuis le début du siècle, les professeurs de danse s'efforcent de s'organiser sur le plan international.

Ainsi au cours d'une réunion de "l'Association Internationale des professeurs de danse", en 1909, à SCHEVININGEN, en Hollande, la vitesse de "l'ancienne valse" fût fixée à 60 mesures par minute.

Durant les années suivantes, PARIS devint le centre des évènements les plus importants de la danse.

Puis un "Congrès International de danse et de maintien" se tint à BRUXELLES, du 22 au 25 Septembre 1923, pour préparer les prémisses d'une organisation internationale. De nombreux français, belges et néerlandais y prirent part. Un comité belge fût chargé de travailler le sujet, mais aucun résultat n'en sortit. Les années qui suivirent donnèrent une place de plus en plus importante à l'Angleterre. En 1924, les Anglais prirent la première place. La Société Impériale créa une branche "danse de salon" à LONDRES, commençant à codifier la technique et définir le style anglais.

L'Angleterre conditionna ainsi de plus en plus la progression de la danse de société. Mais, avant la seconde guerre mondiale, aucune organisation internationale n'arriva à se créer.

A BLACKPOOL, du 25 Avril au 1er Mai 1948, se tint le premier grand évènement : le premier Congrès mondial de la danse. Grâce à l'aide d'Alex MOORE, qui résolut la plupart des difficultés, plus de 50 des 300 inscrits étrangers assistèrent au Congrès, organisé par les anglais. A deux reprises, les différents partenaires discutèrent de l'organisation d'une instance internationale. Au cours du premier meeting, on décida de réunir toutes les informations nécessaires sur chaque pays pour le meeting suivant. Pour le deuxième meeting, une multitude d'informa¬tions avaient été réunies, avec notamment le nombre de Sociétés de Danse. Le "Bureau Officiel de Danse de Salon" d'Angleterre recueillit toutes les informations, avant qu'une position définitive ne soit prise.

Le problème des Amateurs n'était pas simple du tout, ni même celui des Championnats du Monde de Danse de Salon. On considéra que ceux-ci devaient être organisés sous l'autorité du Comité représentant les nations dirigeantes. On chargea le "Bureau Officiel de Danse de Salon" d'Angleterre de préparer une réunion officielle, au cours de laquelle serait créée une organisation mondiale. Tous les délégués furent d'accord sur ce point, ainsi que le Président de la Conférence, Monsieur RICHARDSON, d'autres prirent la parole dont Melle BRADLEY (Ceylan), Messieurs CARLSEN et JENSEN (Danemark), Monsieur VUORISOLA (Finlande), Messieurs de RHYNAL et NORVILLE (France), Monsieur CONSTANDSE (Pays-Bas), Major SVAE (Norvège) et Messieurs Alex MOORE, Keith JONES, F.J. MAINY, LEWIS, RUSTON, C. CAPEL, PIERRE, Alex WARREN, W. COLLINSON et Eric HANCOX (Angleterre). Deux années de préparation par le Bureau Officiel de Danse de Salon suffirent et la Conférence se tint les 20, 21 et 22 Septembre 1950 à EDIMBOURG (Ecosse), à l'hôtel "North British". Le Bureau Officiel invita les différents délégués étrangers, que convia à déjeuner le Maire de la ville.

Andrew MURRAY insista pour que le Bureau devienne l'autorité suprême de la Danse de Salon en Grande Bretagne et souhaita qu'Edimbourg soit le lieu de naissance de l'Instance Internationale suggérée. Dans sa réponse, Monsieur RICHARDSON expliqua que la danse de salon était quelque chose de plus qu'un amusement frivole, quelle pouvait avoir une importance très grande dans l'apprentissage du contrôle musculaire, du transfert du poids et du développement physique dans tous les moments de la vie. La danse pouvait aussi engendrer un lien étroit entre l'Angleterre et les autres pays. II remercia le Maire et la ville d'Edimbourg pour leur geste d'hospitalité très apprécié.

Présents à cette conférence :

AUSTRALIE : Société de Danse d'Australie, Association Fédérale des professeurs de danse, Conseil des Organisations de danse d'Australie, Monsieur Frank SOUTH, Madame Murphy KEATING et Monsieur D.G. HENDERSON.

AUTRICHE : Groupe spécial d'entreprise de distraction, Groupement professionnel des professeurs de danse, Monsieur T. Von SCHLEZINGER.

CEYLAN : Association Fédérale des professeurs de danse, branche de Ceylan, Mademoiselle Scheila MACK.

ALLEMAGNE : Association profes¬sionnelle des professeurs de danse, Monsieur Max WENDT, Monsieur Erich BEUSS et Monsieur Bruno Von KAIPER.

GRANDE-BRETAGNE : Bureau officiel de danse de salon, Mademoiselle J. BRADLEY, Monsieur Alex MOORE et Monsieur Alex WARREN.

DANEMARK : Cercles de Danse, Terpsichore, Monsieur Kay JENSEN, Monsieur Freddie PETERSEN, Monsieur Tin JENSEN et Monsieur Cari CARLSEN.

IRLANDE : Bureau Officiel de danse de salon d'Irlande, Monsieur W. NEELY.

ITALIE Association Nationale des Maîtres de Ballets, Monsieur C. PUCCIO.

PAYS-BAS : Groupement Néerlandais des professeurs de danse, Monsieur Jan DITSEL et Monsieur Jan v. de VELDE.

NORVEGE : "Norges Danslearer-Forbund", Monsieur Major HOLMBOE.

AFRIQUE DU SUD : Association des professeurs de danse d'Afrique du Sud, Monsieur Bob GARGANICO.

SUISSE : Association des professeurs de danse Suisse, Madame Ena BAUMLER-SIMMS.

PREMIER JOUR

La réunion commença avec la préparation du calendrier des jours suivants. Sur proposition de Monsieur Kay JENSEN (Danemark) Monsieur P.J. S. RICHARDSON fut choisi comme Président. Il prit ses fonctions, remerciant pour sa nomination, et demanda d'être autorisé à parler anglais pendant la réunion. Une lettre de remerciements fut envoyée au Maire d'Edimbourg.

Seules la FRANCE et la BELGIQUE n'avaient pas accepté l'invitation. Vu les initiatives de la FRANCE et de la BELGIQUE dans les années passées pour former une fédération internationale, le Bureau Officiel avait fait tout son possible pour les faire venir à la Conférence. On leur avait offert de les dédommager de leurs dépenses de voyage et d'hôtel, où un interprète aurait pu être disponible pour eux.

Monsieur Paul DOORME, de Belgique, qui aurait dû être présent de façon non officielle, se désista au dernier moment. Il fut décidé d'essayer de nouveau d'amener la France et la Belgique à prendre part aux débats.

La Russie, ne possédant pas d'organisations s'occupant de danse de salon, n'avait pas envoyé de délégation. De nombreux pays, comme le Japon, ont exprimé leur sympathie.

Après de longues discussions, il fut décidé que chaque pays aurait droit à deux votes. Ainsi une délégation de plusieurs membres d'un même pays pouvait-elle donner un vote pour et un vote contre. Si un pays n'avait qu'un délégué, son vote était doublé. Le premier jour de conférence se termina à 17 heures. Durant la soirée, plusieurs délégués eurent des discussions informelles.

DEUXIEME JOUR

M. RICHARDSON ouvrit les débats en demandant si le moment était bien venu pour créer une Fédération Internationale. Celle-ci fut créée à l'unanimité, chacun estimant que l'on ne pouvait rien faire sans un « corps » officiel. Chaque délégué était convaincu que tout pays devait avoir exactement les mêmes droits, selon la chartre des Nations-Unies. II était hors de question qu'une Nation puisse dominer ou exercer des pressions sur la conférence, si bien que celle-ci resta de haute tenue.

Les délégués choisirent l'appellation « INTERNATIONAL COUNCIL OF BALLROOM DANCING », décidant de ne pas traduire ce titre anglais dans une autre langue, pour éviter toute confusion. L'I.C.B.D. ne devait pas intervenir dans les affaires privées des pays affiliés. Les premiers organismes présents à la conférence, par l'intermédiaire de leurs délégués, constituèrent l'I.C.B.D. D'autres organismes non présents à Edimbourg pourraient devenir membre de cette Fédération Internationale. Sur leur demande, un formulaire d'adhésion leur sera adressé.

Chaque organisme représenté votera par écrit. En cas de problème, le vote aurait lieu après discussion, à la réunion suivante. Pour les votes à venir, chaque pays obtient deux voix, quelque soit le nombre de sociétés qui le représente à l'I.C.B.D. M. RICHARDSON fut choisi comme Président pour trois ans et, M. FRANK, grâce à sa neutralité, comme secrétaire. L'adresse de la Fédération devint : 12 Henrietta Street - LONDON WC2. La cotisation pour les membres fut fixée à 10 livres anglaises par an, suivant l'année civile.

Les nombreux abus, dont la réussite des différents championnats du Monde amateur et professionnel de dans de salon, rendirent inévitable l'organisation de compétitions par l'I.C.B.D. Pour éviter que cette fédération n'interfère trop dans les affaires privées des pays, on décida que seules les compétitions avec le titre « Championnat d'Europe » seraient soumises au contrôle. On supprima le titre « Championnat du Monde ».

La Fédération Internationale prit conscience de la nécessité d'élargir son champ d'action, et fixa différentes mesures dont la date du premier championnat d'Europe pour 1951. Les amateurs et les professionnels, ayant participé, après le 1er janvier 1951, à un Championnat d'Europe ou, à un championnat du Monde, ne pourront plus participer à ces compétitions les années suivantes. Le Championnat d'Europe devra, par ailleurs, se tenir à chaque fois dans un pays différent, les gains ou les déficits restant à la charge du pays organisateur.

Les délégués australiens suggérèrent d'organiser un championnat du Monde en 1956, dans leur pays.

A 5 heures, le Président clôtura la séance, priant chaque délégué de s'interroger sur le lieu du prochain championnat d'Europe, lieu qui serait également celui du prochain Congrès de l'I.C.B.D.

Durant cette deuxième journée, un rapport bref sur l'organisation et la situation de la danse aux Pays-Bas, réalisé par la délégation néerlandaise, fut très admiré.

TROISIEME JOUR

La création de championnats Sud ou Nord Européens fut décidée le 3e jour. L'I.C.B.D. vérifierait simplement que de telles compétitions ne soient pas dupliquées. Les Championnats d'Europe restent organisés par la Fédération, qui patronne un système de jugement uniforme, le skating système. Les Championnats d'Europe se tiendront en juin pour l'année 1951.

Sur proposition de plusieurs délégations, la délégation néerlandaise se chargea d'étudier la possibilité d'organiser les championnats d'Europe amateurs et professionnels en Hollande, ainsi que la prochaine conférence de l'I.C.B.D. Vu les problèmes financiers et, étant donné que l'on pensait que le public ne leur attacherait pas un grand intérêt, leur niveau fut longuement discuté. Bien que certains estimaient que le pays organisateur devait faire des suggestions pour les invitations, il fut décidé que les dépenses de trajet et d'hôtel, des champions amateurs et professionnels, seraient payées par les organisateurs.

Pour éviter que certains pays ne dominent les compétitions, chaque pays n'est autorisé à envoyer que deux couples. La délégation néerlandaise remercia de l'avoir choisi pour organiser ces championnats et demanda aux autres délégations de faire aussi des recherches dans leur pays pour savoir si les championnats pourraient y être organisés, de telle manière que s'ils n'arrivaient pas à réaliser le championnat en Hollande, l'I.C.B.D. disposerait de renseignements sur les autres pays.

Après de longues discussions, les délégués décidèrent que les championnats d'Europe 1951 amateurs et professionnels comporteraient les danses suivantes : Fox Trot, Valse Lente, Tango, Quick Step, Valse Viennoise, Samba et Rumba. Le Jury sera composé de membres de la Fédération Internationale. La Conférence fut conclue par le Président sur ces dernières décisions.

Les délégués allemands et autrichiens donnèrent ensuite des consignes sur la Valse Viennoise, qui furent acceptées par tous.

Le lendemain, dernier jour du meeting, les délégués étrangers furent invités à un déjeuner par le Bureau Officiel de Danse de Salon et, l'après-midi, ils ont fait une promenade en voiture dans Edimbourg et jusqu'au Forth Bridge.


P.S.: Les championnats d'Europe 1951 ne se sont pas déroulés en Hollande, mais à Bad Kessingen (R.F.A.), le 2 juin 1951. Un meeting préliminaire de l'I.C.B.D. eut lieu le 12 février 1951 à Copenhague, alors que le 2e meeting se tint le 1er juin 1951 à Bad Kessingen. Comme M. RICHARDSON était malade, c'est M. Arthur FRANK, le secrétaire de l'I.C.B.D., qui fut choisi à l'unanimité Président pour cette réunion.


Cet article fut publié avec l'autorisation de l'AMDF et dont le texte original fut repris du Bulletin AMDF n° 230 (Oct 1983).




21/08/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour