Danser la Vie

Danser la Vie

● Carlos Gardel

Carlos Gardel
par Bruno PETIT
Danses Tempo n° 4 - Sept-Oct 1990 (01/09/1990)

 

Gardel l'immense, Gardel le roi du tango, celui qui le fit découvrir au monde entier et le mit à la mode en le chantant.

Pour ceux pour qui ce nom ne dit rien, présentons-le un peu.

En 1890, Berthe Gardès, jeune lavandière de Toulouse, met au monde le petit Charles. Le père, un homme marié et responsable, donne à Berthe de quoi payer le voyage pour l'Argentine où la mère fuit les ragots qui empoisonnent sa vie depuis 3 ans.

A cette époque, l'Argentine, qui connaît un essor économique et financier grâce à l'expansion agricole, a besoin de main-d'oeuvre et est donc grande ouverte à l'immigration.

En 93 donc, Berthe et Charles débarquent à Buenos Aires où des amis français les accueillent.

Malgré de bons résultats scolaires, il arrive à « Carlos » surnommé « el francesito » dans l'argot italien de ses camarades, de fuguer. Il traîne la nuit où il se mêle au « barras » ; bandes de jeunes, de « guapos » ou mauvais garçons des faubourgs de Buenos Aires, avec leur échelle des valeurs fondée sur l'amitié, le courage preuve de virilité, et la débrouillardise. Ces « barras » ont leurs quartiers généraux dans des cafés. C'est d'ailleurs dans ces cafés que Carlos va commencer à chanter pour se faire de l'argent.

Ces mêmes cafés qui vont voir l'apparition du tango et son développement. Les origines de celui-ci sont diverses ; le « candomblé », farandole rythmée par des tambours africains et importée par les esclaves créoles, « l'habanera », d'origine hispano-cubaine, la « milonga » urugayenne et à la mode à Buenos Aires dès 1880, les musiques et mélodies européennes également ; la polka et la mazurka.

Le tango était la musique des « guapos » et des faubourgs par excellence. Se dansant entre hommes ou avec les filles perdues des « bordels », il était méprisé par la classe dirigeante et l'aristocratie argentine qui ne jurai de toute façon que par ce qui venait d'Europe, et qui dansaient le menuet, la valse et le quadrille.

Carlos prend des cours de chant en 1910, il change son nom pour devenir Carlos Gardel. en 1911, il rencontre un chanteur urugayen avec lequel il va former un duo ; Jose Rozzano. La compagnie Colombia leur fera enregistrer leur premier disque. C'est le début de la célébrité. Ils chanteront dans' un, Cabaret chic de Buenos Aires où ils se feront remarquer par la critique. Carlos tournera des films muets et enfin chante le tango. C'est une révolution ; Carlos a osé mettre en paroles cette musique. Les textes, inspirés au départ des chansons des « payadors », ces artistes qui improvisent des textes sur la solitude vécue dans la « pampa », ou racontant des faits historiques ou édifiants, ces artistiques que fréquente Carlos Gardel dans les cafés des faubourgs, malgré sa renommé grandissante, c'est là qu'il continue de puiser son inspiration. Parlant des mauvais garçons et des femmes vénales avec la nostalgie des « payadors ».

A partir de 1917, le succès du tango et de Gardel atteignent l'Europe et en particulier la France ou cette nouvelle musique fait un tabac. Gardel fera plusieurs tournées européennes, chantera même à l'opéra de Paris en 1929 lors d'un gala avec entre autres, Mistinguett et Maurice Chevalier. Dès lors, le tango passant par la France et l'Europe, bénéficiera enfin de la reconnaissance de la classe dominante argentine et sera à la mode dans son pays d'origine. Toutes les chansons de Carlos sont des succès, la population argentine connaît ses chansons par coeur.

Puis un 24 Juin, alors en pleine gloire, et âgé de 45 ans, Carlos Gardel périt dans un accident d'avion, au départ de Bogota, en Colombie. Sa disparition plonge l'Amérique latine dans un profond désespoir.

 

 



21/08/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour