Danser la Vie

Danser la Vie

● Choisir son Ecole de Danse

Choisir son Ecole de Danse

(04-08-2007)


Préambule :

Comme toute personne qui souhaite apprendre à danser, votre motivation est soit occasionnelle (suivre des amis ou copains), soit obligée (mariage, engagement,...), soit de circonstances liées à un désir qui pourrait se concrétiser (proximité d'un cours), soit enfin l'aboutissement d'un désir contruit et motivé dans le temps, après bien souvent une soirée dansante où l'on s'est encore et une fois de plus retrouvé assis.

Dans tous les cas, en matière d'enseignement et d'apprentissage, il convient de ne pas s'engager les yeux fermés. Ne confiez pas votre corps à n'importe qui. Non seulement vous pouvez êtes à la mercie des bricoleurs de l'enseignement avec des erreurs d'enseignement liées à l'hygiène et la sécurité de votre corps en prenant des mauvaises habitudes ou des mauvaises positions pour vous ou votre partenaire (ridicules ou dangereuses: Exemple classique: le renversé du Tango ou la passage sous le bras en Rock Etc...), mais vous perdrez aussi votre temps et votre argent. Ce n'est pas parce que des chaussures de pointures 42 sont en soldes alors que vous chaussez 43 qu'il faut absolument les acheter. Si une veste, un pull, une robe, un pantalon ou un ordinateur sont en solde ou dégriffés : Il y a peut-être un problème de détérioration, de défaut ou, tout simplement de fin de série.

Critères fondamentaux à votre choix :
L'enseignement a-t-il lieu dans des conditions d'hygiène et de sécurité conforme à la loi du 10 juillet 1989 et au décret d'application du 27 février 1992.
Autrement dit : Est-ce que l'aire d'évolution des danseurs se fait sur un plancher posé sur lambourdes ? Au terme de la loi ce type d'évolution offre les garanties d'hygiène et de sécurité maximales (sécurité du dos, des articulations, et lors des chutes). Tout enseignement de danse sur sol dur tel que ciment, gelflex collé sur ciment, parquet collé ou toutes autres surfaces ne présentant pas une certaine flexibilité sont jugées néfastent, et peuvent être source de problème à plus ou moins long terme. Ces infractions font généralement l'objet de plaintes auprès du procureur de la république. Quant aux accidents, ils sont fréquents pour ne parler que des chutes, l'enseignant et l'exploitant en sont responsable juridiquement. Dans le cas de l'utilisation d'une salle municipale, la mairie est également susceptible d'engager sa responsabilité si les obligation légale ne sont pas remplies.

Le ou les enseignants : Sont-ils connus ?
Autrement dit : Est-ce qu'au terme de la même loi du 10 juillet 1989, leur nom, prénom, qualifications, sont affichées dans le local d'enseignement ? A moins qu'ils exercent sous de simples pseudonymes : "Patrick", "Stéphanie" ou, autres désignations et couverture discrète voire irrégulière ? A vous de juger. Une école de danse sérieuse comporte des enseignants qui ont pignons sur rue, et qui exercent légalement leur activité lucrative. Ces enseignants sont soumis à l'ensemble des charges : impôts, taxes, charges sociales, etc... Ils engagent leurs réputations et leur avenir professionnel en permanence, c'est votre première garantie.

Le ou les enseignants savent-ils danser ?
En effet, cela semble paradoxal, mais il faut savoir que l'enseignement des danses dites de sociétés, en couple, de loisirs ou même sportives n'est pas encore réglementé par un diplôme d'état comme d'autres activités : Tennis, ski ou même danse classique, jazz et contemporaine. Cependant il existe des qualifications professionnelles sérieuses et reconnues comme par exemple l'AMDF et la FFSD qui délivrent des diplômes de Moniteurs, de Professeurs et Maîtres de danse après des années de formation où il doit être fait les démonstrations que tout diplômé doit non seulement savoir danser mais aussi enseigner. Ce n'est pas parce que l'on est champion du monde que l'on sait parfaitement enseigner. Parallèlement on peut ne pas savoir danser et être un bon commercial tout en vous "vendant" n'importe quoi. L'enseignement est un métier qui nécessite au préalable une maîtrise des savoir-faire.

Droits d'inscriptions, l'assurance.
Pourquoi des droits d'inscriptions ? Un professionnel déclaré à l'obligation devant la loi de souscrire une assurance responsabilité professionnelle qui couvre forfaitairement tous ses élèves des accidents dont il pourrait-être à l'origine. Les frais d'inscription ont pour vocation de couvrir cette responsabilité. Il est évident que si vous tombez de part vous-même en vous fracturant le poignet, c'est votre affaire, ou si vous provoquez la chute accidentelle de votre partenaire sur une figure mal exécutée, vous en êtes civilement responsable: vérifiez votre assurance responsabilité civile. Si vous avez mal au dos, ou si vous tombez sur une aire dansante avec sol dur en vous fracturant un os, l'enseignant et l'exploitant sont tous les deux responsables pour ne pas respecter les conditions d'hygiène et de sécurités. Décret no 92-193 du 27 février 1992 portant application de la loi no 89-468 du 10 juillet 1989 relative à l'enseignement de la danse.

Ne confondez pas Ecole de Danse et Association sportive ou de danse.
Dans une École de Danse, les enseignants travaillent sous des statuts libéraux ou sous certaines formes commerciales de sociétés (SARL, SA, ...). Ils engagent leur professionnalisme, leur renommée et leur sérieux. Ils doivent s'acquitter des diverses taxes, impôts, et charges sociales associés à une entreprise. Ils sont propriétaires de leurs locaux ou les louent. Ils sont soumis aux charges d'exploitations, chauffage, électricité, entretien, etc.
Dans une association de danse, les enseignants ne sont généralement pas des titulaires, ils peuvent être remerciés ou disparaître au gré des circonstances. Les associations profitent très souvent des locaux publics (pas de charge d'exploitation, pas de loyer, pas de taxes, pas d'impôts, pas de ...). Généralement il n'y a pas les conditions favorables à une garantie de suivi des cours et des enseignements. Elles sont soumises aux aléas ou aux discordes des dirigeants. Elles ne sont pas soumises à une déclaration fiscale, mais à une simple tenue des comptes.
Bon nombre d'entreprises commerciales se cachent sous les apparences d'associations à vocation de danse (sportive, de société, de loisir, etc ) en totale infraction au code du commerce, ou/et la libre concurrence. Et il est fréquent que des associations et/ou des personnes exerçant dans le domaine de la danse ne respectent pas les règles légales en matière de concurrence commerciale, de publicité, de droit fiscal, de droit du travail et/ou de travail clandestin.
Par ailleurs, il est fréquent que des personnes enseignant la danse de façon indépendante mais sous couvert d'association soient susceptibles de voir requalifié leur activité sous forme de contrat de travail (lien de subordination), voire d'être poursuivies pour utilisation frauduleuse de locaux communaux à des fins privés (cours particuliers, cours collectif, stage, ...). Cette situation constitue une concurrence déloyale aux Ecoles de Danse qui ont capacité à demander d'y mettre un terme.

Fréquentation.
Par qui les cours de danses sont-ils fréquentés ? Type de population ? Age moyen des personnes ? Quelle est la proportion entre enfants, lycéen, étudiants, adultes, seniors ?

Comparaison du rapport qualité/prix : Les avantages et les plus.
Après avoir comparé l'ensemble des prix sur la durée (adhésion/droit d'inscriptions), après avoir vérifier la durée des cours, vous devez absolument chercher les avantages et les plus : Ce sont bien souvent ces éléments qui non seulement vous permettront de faire la différence, mais qui seront un gage supplémentaire de sérieux, et de conviviabilité
• A-t-on la possibilité de réviser et de pratiquer ? Y a-t-il des séances prévues a cet effet ? Quelle est leur fréquence ?
• Y a-t-il une progression possible par niveau ? Y-t-il des perspectives de progrès et de perfectionnement ?
• Y a-t-il une organisation de prise en charge des débutants ? Ou alors sont-il mélangés avec les initiés ?
• Y a-t-il des soirées dansantes ? Sont-elles réservées aux élèves de l'école (ou du cours) de danse ou sont-elles ouvertes au grand public sans aucun contrôle, si ce n'est que de faire du profit ?
• Les locaux sont-ils spacieux ? Faciles d'accès ? En véhicule, en bus ou en métro.
• Y a-t-il des possibilités de parking à proximités ?


Déroulement des cours.
Est-ce qu'il faut s'inscrire obligatoirement en couple ? Est-ce qu'il faut avoir absolument une partenaire attitré ou y a-t-il une permutation permanente ? Est-ce que la durée effective des cours est respectée ? Est-ce que la stratégie pédagogique vous conviendra ?
Une première solution consiste à assister gratuitement (assister = venir, participer sans gêner) à un cours collectif. Une école de danse sérieuse vous permettra toujours ce genre de facilité sans engagement.

Stratégie d'apprentissage : Choix fondamental.
Apprendre globalement ou danse par danse
Considérations générales: Apprendre à danser revient à apprendre un ensemble de figures organisées à partir d'un déplacement généré par des pas, et tout ceci sous l'écoute d'un rythme. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le plus difficile consiste à générer des pas, autrement dit à acquérir un ensemble de techniques de pieds. En fait d'une danse à l'autre, on retrouve plus ou moins les mêmes techniques de pieds sur des rythmes différents.

Méthode Danse par Danse :
Vous souhaitez par exemple apprendre aujourd'hui le ROCK : Très bien
Vous vous inscrivez dans un groupe débutant selon une série de 10 cours de 1 heure : Il faut bien commencer mais vous n'apprenez que le ROCK. Rapidement vous allez vous rendre compte que vous ne connaissez que le Rock et que vous devez rester assis lors des autres danses. Vous êtes alors piégés.
Vous vous dites alors : maintenant j'ai envie de continuer par peut-être le CHACHA ou la SALSA ou peut-être la VALSE qui revient à la mode.
Vous vous inscrivez alors dans un autre groupe de débutants de CHACHA ou SALSA. Mais vous n'êtes plus débutant car au travers du Rock vous connaissez déjà certaines techniques de pieds, voire des figures (ou chorégraphies) identiques. Vous avez alors le sentiment de piétiner en compagnie d'autres personnes certes charmantes mais complètement débutantes. Vous avez le sentiment de perdre non seulement votre temps, mais aussi votre agent.
Cela s'appelle apprendre à danser à la carte. On pourrait dire qu'il s'agit là d'une formule commerciale que certain préfèrent, c'est un choix.

Méthode globale où l'on apprend d'abord à danser :
C'est la solution fondamentale adoptée par tous les enseignants sachant danser toutes les danses, ayant non seulement une vue globale des danses et des techniques mais aussi, capable de mettre en place une progression pédagogique permettant à tout un chacun d'apprendre tout simplement. Généralement cet apprentissage se fait en privilégiant au départ l'une des danses. Cette solution permet à toute personne d'apprendre sans faire des doublons sur les techniques et les chorégraphies. Ces enseignants non pas la prétention d'inventer, mais seulement de maîtriser les techniques et les rythmes d'une danse à l'autre. C'est ce qu'ils vous apprendront normalement.
Ce sont généralement des cours de 1h à 1h30 conçu avec une rigueur dans la progression dont vous vous rendrez compte très rapidement. Dans le cas contraire, vous chercherez à changer de cours à la première occasion, avec tout ce que cela comporte en perte de temps et d'argent.

Renseignez-vous sur les compétences réelles des enseignants.
En regardant tout simplement le contenu des diplômes affichés. Par ailleurs au terme de la loi du 10 juillet 1989 le nom des enseignants doit absolument être affiché sous peine d'amendes sévères. Il est possible qu'il n'y ait aucun diplôme affiché ou aucun nom ce qui est le pire.

D'autres critères pourraient aussi être pris en compte. La solution qui consiste à aller au plus près n'est peut être pas la meilleure, mais la plus facile à vérifier.




21/08/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour