Danser la Vie

Danser la Vie

● Ici et maintenant

Ici et maintenant
par Harry SMITH-HAMPSHIRE
Bulletin AMDF n° 230 (Oct 1983) (01/10/1983)

 

Le spectacle de la Danse

C'était
en 1936 lorsque j'ai vu mon premier spectacle de danse - le Championnat Professionnel Britannique - et découvert qu'un autre monde existait en dehors de ces tristes années d'avant-guerre lorsque le chômage sévissait et que la sécurité sociale était inexistante.

Sur les planches de la salle de Danse Impératrice de BLACKPOOL, les filles avaient l'air de s'étourdir en se collant au corps, rêveuses, les vêtements de mousseline flottant.

Le style de la danse étant d'une douceur naturelle, très distingué et élégant, l'homme était bien équilibré vers l'avant sur la pointe des pieds, le mouvement arrière de la partenaire était moins prononcé qu'aujourd'hui.

Les figures étaient simples en construction. Les attitudes et les démonstrations superficielles étaient désapprouvées. L'homme était incontestablement le maître sur les planches de la salle de danse, car on ne pouvait pas nier le fait que l'homme guidait et que la femme devait suivre. En fait, la qualité fondamentale du style anglais était cette spontanéité de construction en permutant les figures connues. Aujourd'hui, les couples dansent une routine établie - un "programme". Une "démonstration" considérée habituellement comme un exploit par un couple professionnel auquel les spectateurs - s'ils étaient quelque peu informés en allant dans une école de danse - pouvaient s'identifier.

Les danseurs devraient chercher à présenter des figures simples et coutumières d'un style classique et à placer clairement le pied ou la jambe. En d'autres termes ce serait de qualité et contre ce qui avait été démontré.

Ella SPOWART était connue comme la femme qui n'avait jamais manqué (loupé) un demi-tour. Le quart de tour était encore communément vu dans sa totalité avec la rotation finale du talon pour le cavalier. Les concurrents dansaient en fait la seconde moitié du tour naturel de la valse.

Je Dans
la plupart des salles de danse, le danseur négligé était proscrit et l'étiquette "mot étrange" de la salle de danse était fermement maintenue par le M.C. Aucun homme n'était jamais admis en salle sans une veste et une cravate. Je ne me rappelle pas d'avoir dansé en public, lors de séances d'entraînement, sans une veste.

Pendant les années de guerre j'ai eu peu de contacts avec le milieu de la danse,
mais en 1947, je réapparaissais brièvement dans les Championnats Britanniques Amateurs.

La danse a changé. De nouvelles dimensions sont venues s'ajouter. Les figures telles que les balancements, les mouvements en avant, les contra checks, etc. qui sont apparues juste avant la guerre sont devenues courantes dans chaque danse.

Ecrivain - DUGGAN instaurait une sorte de Tango riche en passion dramatique, en humeur volatile - BARNES mettait au point le pas redoublé.

La marche a pratiquement disparu du pas redoublé qui avait accéléré avec l'utilisation des rythmes saccadés, des pas de course et des pas chassés.

Le mouvement le plus léger à quatre pas était l'HENDERSON - l'association HENSHALL qui avait développé à la perfection l'art difficile de l'abaissement avec une apparente légèreté.

Mais une chose n'avait pas changé et ne changerait pas pendant de longues armé

Par conséquent, la plupart des filles avaient adopté une position arrière qui -aboutissait en a alignement plus dégagé, l'homme conservait, comme un idéal, le recul intact, l'équilibre légèrement vers l'avant, l'omoplate décontracté et la prise naturelle. Cette dernière particularité, à mon avis, est infiniment préférable au "fixé-par-le-coude-à-une-croix.", figure qui est apparue pour servir de prise ces dernières années.

L'évolution de la danse n'est pas nécessairement une progression ininterrompue. Par exemple, il est démontré que la période dorée du style anglais était l'ère du pré-twist, lorsque le style de la compétition était un raffinement basé sur la danse du grand public.

Il y a plus de deux décennies maintenant, la plupart des dancing publics s'étaient cantonnés dans ce style qui est connu sous le générique de "Disco". Le milieu enseignant a, ces dernières années, reconnu un peu plus tard le Disco et les Championnats Disco ont eu lieu seulement dans la dernière moitié de la seconde décennie.

Une étude de la danse à travers toute l'histoire révèle qu'elle a oscillé entre
les styles formalisés et disciplinés et les styles primitifs et de libre expression, Nous avons maintenant quelque vingt ans de retard. Sommes-nous maintenant prêts pour la forme cultivée qui implique des difficultés à un certain niveau.

Tous les professeurs de danse doivent l'espérer.

 

 



21/08/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour