Danser la Vie

Danser la Vie

● La question Olympique (suite)

La question Olympique (suite)
par Harry SMITH-HAMPSHIRE (traduction Isabelle REYJAL)
Dance News été 1996 - Le Bulletin Fédéral FFD n° 22 (01/06/1996)

 

« Vous êtes tous deux très en forme et vous avez un pouls qui me fait penser à celui de coureurs entraînés. J'en sais quelque chose. Dans mon travail j'ai souvent affaire aux athlètes et à leurs problèmes. Quel sport pratiquez-vous ? » Il ne put en croire ses oreilles lorsque nous lui dîmes que nous étions danseurs de salon.

Voici des années, alors que nous étions compétiteurs et démonstrateurs au mieux de notre forme, ma partenaire et moi souscrivîmes une police d'assurance nous protégeant en cas d'accident ou de maladie. Avant la signature du contrat, la compagnie d'assurance exigea de nous un examen médical effectué par un médecin de son choix, et les paroles que je viens de citer sont celles du médecin, à la fin de l'examen.

En développant ma réponse, je lui expliquai qu'en tant que danseurs amateurs nous nous étions entraînés aussi intensivement, sinon plus, que la plupart des athlètes reconnus. Nous passions toutes nos soirées à l’« Empress Ballroom » de Blackpool, ne manquant pas une seule danse pendant trois heures d'affilée au moins, ne nous arrêtant que lorsque l'orchestre faisait une pause en milieu de soirée. Devenus professionnels, nous passions nos matinées et certaines après-midi - en fait la majeure partie de notre temps libre - soit à travailler au perfectionnement de détails dans notre propre école de danse, soit à répéter sur les plus vastes pistes du Palais Hammersmith, de l'Empire Ballroom, du Café de Paris, du Lyceum ou de l'Astoria, pour acquérir l'endurance qui est une nécessité absolue pour rester au meilleur de sa performance artistique lors d'une finale de championnat, de nombreuses heures et de nombreux tours après le début de la compétition.

J'insistai sur le fait que ce rigoureux schéma d'entraînement était la norme pour beaucoup de danseurs passionnés, comme pour les sportifs qui participent à des rencontres d'athlétisme. Je suis sûr que je n'étais pas le seul danseur à perdre jusqu'à 2,5 kg au cours d'une séance d'entraînement.

Je vous raconte tout ceci parce que le 15 mai dernier vous avez peut-être regardé à la télévision le programme de la BBC1 intitulé « Ici et Maintenant », présenté par Sue Lawley, qui posait la question de savoir si la Danse sportive était un sport digne de figurer aux Jeux Olympiques. Il est évident que nous, qui avons participé à des compétitions de danse sportive, sommes bien persuadés de son caractère sportif et de ses exigences physiques. Mais le thème de ce documentaire, c'était la façon dont le monde extérieur nous percevait.

L'interviewé, Robin Cousins (médaillé d'or olympique 1980) était favorable à l'inclusion de la danse dans les Jeux Olympiques. Bien sûr, il pouvait difficilement dire autre chose. Le patinage artistique et la danse sur glace, qui font partie depuis de nombreuses années des disciplines olympiques, sont presque l'homologue exact de notre Danse Sportive, hormis le fait que ces disciplines se pratiquent sur glace. On a pu, à une époque, nous reprocher de pratiquer notre activité sur les parquets d'érable des salles de bal, mais aujourd'hui et dans le monde entier, les compétitions de danse sportive se tiennent, le plus souvent, dans des centres sportifs polyvalents. Robin, cependant, a nuancé son opinion favorable en disant qu'il pensait que l'image des danseurs, les robes à frous-frous, le maquillage (pour les garçons aussi...) et les coiffures sophistiquées, laquées, était impropres à faire considérer ces danseurs comme des sportifs typiques.

Cependant, l'une des remarques que ce médaillé d'or olympique a faites à propos de sa propre activité comme champion de danse sur glace pourrait tout aussi bien s'appliquer à un champion de danse sportive : « L'élément sportif se situe dans l'entraînement. L'Art est dans l'exécution. » Et si la danse sportive et la danse sur glace peuvent, en toute justice, être considérées comme des sports parallèles, que font donc les journalistes sportifs ? Parce qu'ils ont élu les médaillés d'or olympiques 1984, Torvill et Dean, comme l'« Equipe sportive de l'Année », après chacune de leurs quatre victoires au championnat du Monde. Torvill et Dean ont été le seul couple sportif - et le restent sans doute - à obtenir ce titre convoité d'« Equipe de l'Année », plus de deux fois : 1981, 1982, 1983, 1984.

C'est peut-être une nouvelle pour les médias, mais les couples britanniques de danse sportive ont remporté davantage de titres mondiaux que dans n'importe quel autre sport. C'est la raison pour laquelle, lorsque Sa Majesté la Reine a célébré la quarantième année de son règne en organisant une « Garden Party » au Palais de Buckingham., à laquelle étaient conviés tous les champions du Monde et champions olympiques qui avaient remporté des victoires durant cette période, le plus important des groupes représentés était celui des champions de danse sportive.

Le champion de course à pied Sebastian Coe (deux fois médaillé d'or olympique en 1980 et 1984) s'est déclaré, lui, opposé à l'inclusion de la danse sportive dans les Jeux Olympiques. Mais il a ajouté, se définissant comme puriste dans l'âme, qu'il était tout aussi bien opposé à l'inclusion du tennis et à quelques-uns des autres sports qui ont été reconnus ces dernières années. Ce qui, je le suppose, est une manière implicite d'admettre qu'il n'a jamais étudié de façon approfondie le cas de la danse ou de n'importe lequel de ces autres sports auxquels il était opposé.

Au bilan, cette émission de télévision, qui obligeait à la réflexion, a semblé pencher en faveur de la danse sportive comme future discipline olympique.


N.B.: Les Allemands se réfèrent depuis toujours aux compétitions de danse comme à un K sport de danse », pour bien les différencier dans l'opinion publique de la danse sociale. A l'inverse, en Angleterre, l'émission de télévision « Corne dancing » semble être une invitation pour le public à se joindre à ce qui est manifestement une activité très complexe, de haut niveau physique, sans commune mesure avec la danse de société.

 

 



21/08/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour