Danser la Vie

Danser la Vie

● Le "Floorcraft"

Le "Floorcraft"
par Delphine et François FOUCHET
Danse Light n° 19 - Sept-Oct 1999 (01/09/1999)

 

Cet article n'est nullement un cours sur papier, son but est d'amener les couples de compétiteurs à réfléchir et les sensibiliser à des aspects du monde de la compétition qu'ils ne soupçonnent peut-être pas.

En tant que compétiteurs, nous passons des heures à travailler la technique, la rythmique, la tenue du corps, la chorégraphie, notre apparence physique et vestimentaire, etc... Un domaine reste souvent délaissé : le floorcraft. Mot d'origine anglaise issu de la juxtaposition de deux mots - "floor" : sol, plancher, piste de danse - et "craft" dont un des sens est : astuce, ruse. Il est extrêmement difficile de résumer en une phrase ce qu'est le floorcraft, tant il recouvre de nombreux domaines. Il s'agit plus d'un comportement général que d'un acte particulier. L'idée de fond est de rechercher tous les moyens pour rendre notre performance, la plus efficace possible, le jour de la compétition. Les différents exemples qui vont suivre, vous aideront à comprendre ce qu'est le floorcraft dans le fond et à développer votre danse dans de meilleures conditions. Devenir un monsieur "Ruse sur la piste" n'est pas si facile...

Avoir du floorcraft, c'est éviter les collisions. Rien de plus énervant que de se faire bousculer par un couple, aussi bien en compétition qu'à l'entraînement. Pensez que vous n'êtes pas seuls sur la piste et que les autres couples ont autant de droits que vous. Il vaudra mieux éviter une collision forçant à stopper et fera perdre votre concentration. Les juges sont sensibles aux comportements des couples qui dansent pleinement sans piétiner les autres concurrents.

Avoir du floorcraft, c'est danser sur la totalité de la piste. II faut réaliser que l'enchaînement que vous avez est prévu pour une piste de dimensions idéales. Malheureusement, on ne rencontre cette piste qu'une ou deux fois dans la saison. Il faut donc ajuster et faire preuve de floorcraft en modifiant sa chorégraphie, à volonté, pour remplir la piste dans sa totalité. Vous serez mieux vus et donc mieux appréciés par tous les juges et le public. Par exemple, sur une piste longue on pourra répéter quelques figures en fin de longueur et, ainsi, rajouter les quelques mètres qui font défaut. Sur une piste trop petite, on pourra jouer sur les montants de tours et ainsi utiliser notre chorégraphie comme un soufflet d'accordéon (selon les dimensions).

Avoir du floorcraft, c'est également ne pas danser à contre-ligne de danse. La piste de danse est coupée dans sa partie centrale dans la longueur par une ligne imaginaire que l'on ne doit jamais traverser, sous peine de danser à contre-ligne et de risquer une collision avec un autre couple.

Avoir du floorcraft, c'est utiliser les espaces qui se créent sur piste, pendant la danse, au gré du déplacement des couples. Inutile de vous précipiter dans un coin pour exécuter le superbe contracheck que vous avez appris avec votre professeur, si quatre couples y évoluent déjà. Il sera plus judicieux de changer l'ordre normal de votre chorégraphie, en vous dirigeant dans un espace moins encombré. Les juges vous verront alors dans de meilleures conditions.

Il serait bien trop long de passer, en revue, tous les cas de figure où l'on peut utiliser son intelligence au service de sa danse plutôt que de céder à la facilité.

En conclusion, avoir du floorcraft c'est faire preuve de bon sens et d'un minimum de savoir-vivre. Le floorcraft est un état d'esprit. Il ne faut pas attendre d'être arrivé en 1ere série pour commencer à réfléchir à cet aspect de la compétition. Dès les catégories débutantes et surtout dès les catégories enfants, on doit cultiver un floorcraft de qualité.

 

 



21/08/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour