Danser la Vie

Danser la Vie

● Rythme et Musique

Rythme et Musique
par Dominique CRAND
Danse Magazine n° 1 (01/01/1987)

 

Le respect de la mesure est le premier critère de jugement des compétitions. C'est donc un aspect fondamental de la danse ; c'est aussi, tôt ou tard, un très gros problème pour beaucoup de danseurs.
Pour comprendre la mesure il convient de se sensibiliser à la musique, d'éduquer son oreille à trier les informations qui y sont contenues. Avoir de plus une idée de la façon dont la musique est construite, c'est aller à la découverte de ses richesses et être capable d'en suivre le balisage du début à la fin d'un morceau.


1 – Danser en mesure

Prenons par exemple la valse anglaise. Première question à se poser : qu'y cherche-t'on ? Comment en est constituée la mesure ? C'est une mesure à trois temps (= 3 battements réguliers) mais dont le premier est accentué. C'est cette accentuation qui détermine le rythme, aussi est-ce l'accent qu'il nous faudra chercher.

Faute de connaissances musicales ou de l'habitude d'isoler la section rythmique, le meilleur moyen pour cela sera de prêter attention à la mélodie qui, elle, est dépendante de la mesure et du rythme, et où l'on retrouvera les accents.

Prenons par exemple la valse anglaise "Try to remember" par Tony Evans (disque "Dance in the old fashioned Way", Tema Records n° TE 1001). La mélodie est ici chantée en anglais. Elle est connue en France sous le titre "Au coeur de septembre", chantée par Nana Mouskouri.

Première chose à faire, écouter le morceau autant de fois que nécessaire pour se le rendre familier. Puis on peut essayer petit à petit de fredonner l'air en même temps que les choeurs. Sur ce morceau le texte comporte les mêmes accents que la musique (le premier temps de chaque mesure). Le texte français que l'on mettrait sur l'arrangement de Tony Evans serait accentué de la façon suivante :

Seule dans ma chambre
Au coeur de septembre
Entre
la pluie
Et
l'hirondelle

Seule dans ma chambre
Au coeur de septembre
Quand vient
la nuit
Je
me rappelle

Seuls dans ma chambre
Nous vivions ensemble
D'un coeur nouveau
Des amours nouvelles

Seuls dans ma chambre
La vie était tendre
Et belle, belle
Belle… (*)


(*) : musique seule, dont la progression annonce le 2ème chorus.

Note : Au début du morceau une introduction prépare l'arrivée du thème musical. Bien que comportant déjà les indications du rythme, cette courte introduction - 4 mesures - ne fera pas l'objet de notre attention.

Le texte ci-dessus constitue la première partie du morceau de musique. Si l'on peut chanter le texte français en même temps que les choeurs, on aura déjà fait un grand pas en avant.

Il faudra continuer dans la seconde partie, où cette fois on chantera seul, les choeurs n'accompagnant alors plus l'orchestre. Bien sûr la mélodie et le rythme seront dans cette seconde partie en tous points semblables à ce qu'ils sont dans la première.

En écoutant à nouveau attentivement le morceau, on pourra peut-être déjà percevoir, accompagnant chaque accent du texte, l'accent rythmique correspondant manifesté ici par une note de guitare basse qu'accompagne un coup de cymbale.

C'est au moyen d'exercices comme celui-ci que l'on se sensibilisera à la musique, avant tout en l'écoutant "activement", en recherchant ses accents tant dans la partie rythmique que dans la mélodie (chantée ou pas). Ce travail de compréhension peut d'ailleurs se faire sur de nombreuses musiques ou chansons non destinées à la danse.

Deux difficultés cependant :
1) La mesure peut-être à deux, trois ou quatre temps et pas toujours facile à identifier pour un débutant ; aussi vous indiquerons-nous dans cette rubrique les caractéristiques rythmiques (mesure et accents) de toutes les danses que nous pratiquons.
2) Il est fréquent que les thèmes musicaux ne débutent pas sur le premier temps. Seule leur accentuation permet alors de trouver la mesure. Dans la recherche de cet accent il faudra prendre en compte des indices tels que :
- la reprise d'une section rythmique interrompue
- l'accentuation soudain plus marquée de la mélodie ou de la section rythmique, ou des deux à la fois. Ces accents seront d'ailleurs toujours précédés d'une phase d'attente, de préparation, qui les mettra en valeur.

Alors, affûtez vos oreilles... et choisissez pour commencer des musiques que vous connaissez déjà !

2- La structure de la musique

Loin
de se succéder de façon anarchique, les mesures qui constituent un morceau de musique s'assemblent selon des principes bien précis. La musique se trouve ainsi écrite de la même façon qu'un texte, également ponctuée d'accents (virgules et points) qui déterminent des phrases, lesquelles s'alignent en paragraphes.

Cette construction a pour principe l'association des mesures par 2 et ses multiples. On considère que 32 mesures est la valeur d'un chorus (48 pour la Samba et le Quick Step). Considérons pour notre part que c'est là un chapitre ; que 16 mesures forment un paragraphe, 8 mesures une phrase (ponctuée d'un point) et 4 mesures une locution (ponctuée d'une virgule).

Mettant en place tous ces éléments, la physionomie d'un chorus peut être ainsi matérialisée par le tableau ci-contre.

32 mesures (1 chorus) :
1 chapitre = 2 paragraphes = 4 phrases = 8 locutions = 32 mesures

On constate que chaque élément est accentué (sur le premier temps de sa première mesure). Plus l'élément qui commence est important (4 mesures, 8 mesures, etc.) plus l'accent qui le marque est fort. D'autre part les éléments sont toujours groupés deux par deux, le premier étant formulé en question et le deuxième en réponse. Les locutions elles-mêmes sont l'association de 2 fois 2 mesures (ce qui n'apparaît pas sur le tableau dans un but de clarification).

Encore une fois c'est à l'accentua¬tion qu'il faudra se sensibiliser. Seule une habitude d'écoute permettra de ressentir la structure musicale, qui se base sur un principe purement mathématique. Cependant les valeurs ci-dessus ne sont en fait pas immuables, elles sont simplement les plus communé¬ment observées dans les musiques de danse, où en tout état de cause les phrases musicales sont toujours unités ou multiples de 8 mesures. Les arrangements utilisés pour les disques de compétition (qui portent le label "strict tempo") obéissent, eux, exactement à la règle ci-dessus, et sont composés d'une introduction de 4 mesures et de 2 chorus (voir par exemple tous les Sydney Thompson), 2 chorus et demi (le Tony Evans en référence ici, entre autres), et quelquefois davantage.

Si l'on reprend le texte de la chanson de Nana Mouskouri on s'apercevra que chacune des strophes forme une phrase musicale (8 mesures), les quatre strophes formant un chorus. Ainsi, l'harmonie entre les paroles (chant) et la musique (rythme) est ici totale.

A quoi sert d'apprendre tout cela ? Mais d'abord à danser en mesure, ce qui est beaucoup plus facile quand on a compris l'accentuation de la musique. Ensuite à ne plus être victime de la musique, mais réellement la partager, la suivre... la créer en quelque sorte. Enfin il est évident qu'interpréter une musique que l'on a plaisir à entendre au moyen d'une danse bien construite, c'est accroître son plaisir à danser.

Il est un fait qu'une construction rigoureuse est difficile à réaliser avec les figures de danse sportive, mais déjà de (très, très) grands couples, intéressés par cet aspect des choses, ont souhaité et su mettre en évidence dans leurs chorégraphies certains des accents de la musique. Le premier éveil à ce principe que l'on puisse suggérer à un compétiteur serait bien sûr qu'il commence sa danse en début de phrase, et non pas à n'importe quel moment.

C'est, je crois, par de semblables prises de conscience que l'harmonie de la danse et le plaisir de danser se trouveront multipliés.

 

 



21/08/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour